• News
  • Nos vies
Nos vies Opinions Non Tata Whoopi, elles portent des tissages par assimilation...

Non Tata Whoopi, elles portent des tissages par assimilation culturelle et non par «appropriation culturelle»

-

- Advertisment -

J’étais là, tranquille, en train de boire mon café matinal (non, je rigole, ce truc est vraiment macabre dans ma bouche) lorsque j’ai vu passer un post sur la polémique autour des propos de tantine Whoopi Goldberg, une femme que je respecte et que j’admire énormément. Cette dernière a dit lors d’une émission où l’on parlait de la polémique autour d’une pub de Pepsi (une polémique autour d’une polémique, on se croirait dans Inception):

(…) cette question de l’appropriation culturelle commence vraiment à me rendre folle. Si tu veux parler d’appropriation culturelle, porte tes propres cheveux. Si on met des cheveux de blanches, n’est ce pas aussi de l’appropriation?

Ah tata,  ne me lance pas la babouche hein, mais, je ne suis pas d’accord du tout! Enfin, ce sujet d’appropriation culturelle me rend également dingue tellement il est pour moi, l’arbre qui cache la forêt, un espèce de pot-pourrit qui a au moins le mérite de mettre à jour les malaises des sociétés dites “multiculturelles”. Je pense avoir à peu près cerné  le concept mais je ne suis pas encore prêt à relever le défi de le couvrir pleinement pour le moment.  Mais dire que les femmes noires portent des  faux cheveux par appropriation culturelle me paraît quand même très erroné hein!  Je ne suis pas du genre à commenter les posts sur Facebook mais en voyant tous les avis approbatifs sur les propos de Whoopi, je n’ai pu m’empêcher comme on dit au Cameroun « d’achéter le problème » (comprenez « y mettre mon grain de sel »).  Ayi les gens, il faut dire la vérité et puis le diable quitte derrière vous! La tantine dit quand même des foutaises.  C’est pourquoi j’ai alors posté un commentaire du genre et que je réécris ici:

« Mouais, plutôt que de juger ces femmes qui mettent des tissages, il serait mieux de les éduquer. Car contrairement à ce que beaucoup soutiennent, ce n’est toujours un choix mais un conditionnement. La plupart portent une autre texture de cheveux que la leur pour se conformer à des canons de beauté et parce qu’on leur a martelé que la norme, c’est le cheveu raide et long. Je pense qu’il y a confusion entre appropriation culturelle et assimilation culturelle. Les femmes noires portent des tissage par complexe, et les Kardashians se font des nattes plaquées par opportunisme ». 

Bon, sur le coup – comme on dit toujours au Cameroun – « c’est sorti comme c’est sorti ». A mon avis c’est quand même important de nuancer mon commentaire: bien évidemment, je n’ai jamais voulu dire que toutes les femmes qui portent des tissages sont complexées. Il y en a bien pour qui le tissage est juste un accessoire esthétique qui leur permet de changer de coupe au gré de leur humeur, alternant entre coiffures africaines et tissage raide. Mais lorsque tu passes trois cents soixante cinq jours à camoufler ta vraie texture de cheveux et que te voir sans tissage devient un véritable sacrilège à tes yeux, c’est un problème ma copine. C’est quelle affaire ça? C’est devenu ton gris-gris ou ton totem ou c’est comment?

Bon je charrie mais comme je le dis plus haut, le but n’est pas de juger ces femmes ou les obliger à devenir nappy. Le but est de « dépolitiser » le cheveu crépu pour que les femmes noires se coiffent non plus par souci d’intégration ou pour se conformer à des canons de beauté occidentaux mais par coquetterie.  Lorsqu’on parle « d’assimilation culturelle », on a l’impression qu’il y du consensus dans l’histoire là mais que nenni! C’est d’abord une affaire d’héritage colonial.

A lire Aussi – Petites reflexions sur l’appropriation culturelle

Wilfried E.K
Wilfried E.K
Fondateur de WYAT Magazine et rédac' chef improvisé! Et sinon, je suis consultant en Marketing affinitaire et en communication digitale. Je suis spécialisé dans les cultures afros.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Latest news

Quand le magazine australien Who interviewe la mannequin Adut Akech et utilise la photo d’une autre mannequin noire

La mannequin australo-soudanaise Adut Akech, qu’on peut voir sur la couverture du mois de septembre du Vogue britannique imaginée par Meghan Markle, faisait...

Que signifie être végétalienne (végane) et noire dans la vie de tous les jours

Sans trop réfléchir, pour vous, à quoi ressemblerait un groupe de «végans»? A vrai dire, il n'y a pas...

Et si «Us» était une métaphore complexe de la santé mentale des Noirs

Cet article a été traduit et adapté de l'article de Aaron Barksdale pour Vice Magazine. En mars 2019, le réalisateur...

Si l’accord de Jay-Z avec la NFL vous surprend, c’est que vous n’avez pas bien suivi la carrière de Jigga

L'annonce de la signature d'un accord entre le magnat du hip-hop, Jay-Z, et la NFL - la Ligue Nationale de...

Puma célèbre l’héritage de Nipsey Hussle à travers une collaboration posthume très attendue

Le 31 mars 2019, Ermias « Nipsey Hussle » Asghedom fut assassiné devant son magasin, The Marathon Clothing. Il...

Le musée national d’art africain met en place une exposition dédiée au patrimoine artistique féminin

Situé à Washington et créé en 1974 par l'institution américaine du SmithSonian, le Musée National d'Art africain est un...

Must read

Quand le magazine australien Who interviewe la mannequin Adut Akech et utilise la photo d’une autre mannequin noire

La mannequin australo-soudanaise Adut Akech, qu’on peut voir sur la couverture...
- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you