Justin Fashanu, premier joueur professionnel anglais à avoir revendiqué publiquement son homosexualité est entré ce mercredi parmi les grandes gloires du football anglais dans le musée du Hall of Fame. Ce prix célèbre ceux qui ont apporté une contribution exceptionnelle à ce sport et arrive 22 ans après que l’ancien attaquant de Norwich City et Nottingham Forest se soit suicidé.

Il est le premier (et toujours le seul) footballeur professionnel masculin de Grande-Bretagne à s’être déclaré gay tout en restant actif dans ce sport. C’était lors d’une interview donnée au tabloïd anglais The Sun en octobre 1990. Mais sa sexualité n’était pas un secret dans le milieu durant la plus grande partie de sa carrière. Son Coming Out avait été particulièrement mal accueilli, notamment par son frère John qui avait qualifié Justin de «paria» dans sa famille, affirmant qu’il ne voulait que «se faire remarquer».

Après un début de carrière très prometteur avec Norwich, son transfert à Nottingham Forest avait fait de lui le premier footballeur anglais noir dont le transfert franchissait la barre du million de livres. Alors que Justin Fashanu était à Nottingham Forest, son entraîneur principal, Brian Clough n’hésitait pas à l’attaquer sur sa sexualité. Comme Clough l’a écrit dans son autobiographie, il s’était fait un point d’honneur pervers à rabaisser Fashanu. Après son coming out dans les médias, tout ceci, couplé à l’homophobie des supporters va pousser le joueur à s’enfuir et s’exiler en Suède, puis en Écosse, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Entraîneur à la fin de sa carrière au Maryland, aux Etats-Unis, il a été accusé d’agression sexuelle par une jeune fille de 17 ans. Peu de temps après, Fashanu s’est de nouveau enfui à Londres. En mai 1998, il mettait fin à ses jours par pendaison à la suite d’un rejet massif par ses pairs (notamment son frère John, lui aussi footballeur) et par la communauté sportive en général. Il avait 37 ans.

C’est sa nièce Amal, la fille de John, qui avait neuf ans au moment du suicide de son oncle, qui recevra cet honneur en son nom. Journaliste, elle s’occupe – aux côtés de son père qui a fait amende honorable sur ses prises de positions passées – de la Fondation Justin Fashanu qui lutte contre tout type de discriminations dans le football. «Wow, il reçoit enfin la reconnaissance qu’il mérite», a commenté Amal Fashanu dans le Daily Mirror. «Les gens ont tendance à oublier à quel point il était talentueux parce qu’il était gay (…) C’est un geste important et un grand pas en avant parce qu’ils le reconnaissent enfin sur un tout autre niveau», a-t-elle ajouté.

ECRIRE UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here