J’ai souvent entendu parler de ce moment, généralement entre le milieu et la fin de la vingtaine, où toutes vos amies commencent à se marier. Pour moi, c’était un peu un mythe. Pourtant, c’est ce qui se passe actuellement. La plupart de mes amies sont en train de se faire passer la bague au doigt. Je suis vraiment heureuse pour ces personnes qui embarquent dans ce voyage avec les personnes qu’elles aiment – mais puis-je vous demander de bien vouloir arrêter de me demander quand est-ce que je me marierais?

Lorsqu’on se dit que l’époque où les femmes en particulier étaient liées à des rôles de genres traditionnels et aux attentes qui incluent l’hypothèse qu’elles épouseront un homme est révolue, le harcèlement constant des jeunes femmes quant au moment où elles se marieront nous rappelle que ce n’est pas le cas.

Maintenant, je comprends pourquoi vous posez la question. vraiment. Ça fait cinq ans aujourd’hui que je suis en couple et, mon partenaire et moi, sommes dévoués l’un à l’autre. Depuis que nous avons emménagé ensemble, la question qui vient à l’esprit de tout le monde semble être « Pourquoi n’êtes-vous pas encore marié? ». Pire encore, quand je dis que nous ne prévoyons pas de nous unir officiellement de sitôt, je suis généralement confrontée à des réactions allant du choc au dégoût.

Et je ne suis certainement pas la seule à expérimenter cela. J’entends mes amies me parler presque constamment de la pression qu’elles ressentent de la part de leur famille et de leur entourage pour trouver quelqu’un et se marier.

Le fait est qu’une fois que vous atteignez un certain âge, le questionnement devient apparemment inévitable. Les gens s’attendent à ce que vous vous mariez et si vous ne répondez pas à cette attente – ou ne le souhaitez même pas – les choses se compliquent. Il y a un tas de raisons pour lesquelles les gens ne peuvent ou ne veulent pas se marier. Au même titre que constamment demander quand-est-ce que quelqu’un aura des enfants, c’est une question que je vous implore donc d’arrêter de poser.

Voici six raisons pour lesquelles vous devriez cesser de demander aux femmes quand elles se marieront.

1. Ça confère à la femme une valeur en fonction de son partenaire

Normalement, je ne devrais pas avoir à le dire mais je le fais: je bien toute seule.

Je n’ai pas besoin d’un conjoint pour me compléter. Et vous non plus. Lorsque les gens me demande pourquoi je ne suis pas encore mariée, tout ce que j’entends c’est que je ne suis pas bien toute seule. Laissez-moi vous rassurer sur le fait que ma situation amoureuse est loin d’être ce qu’il y a de plus intéressant à mon sujet. Pour beaucoup, les questions à propos du mariage s’opposent directement à l’estime et l’amour qu’on a pour soi. Dans un monde où on dit constamment aux femmes et autres groupes marginalisés qu’ils ne sont pas assez à la hauteur, se dire qu’on mérite de l’amour-propre relève presque d’une mini révolution.

Alors, lorsque vous intervenez en disant «Eh bien, peut-être que tu serais beaucoup mieux avec un partenaire à tes côtés», vous contribuez à annuler une grande partie de ce dur travail d’amour-propre et perpétuez certains messages problématiques qui nous sont imposés comme normes sociétales.

Cela revient à dire à une personne qu’elle ne se suffit pas elle-même – qu’elle a besoin d’une autre personne pour être entière. Dans le féminisme, c’est quelque chose contre lequel nous nous battons activement.

Et parlant des normes sociétales…

2. Poser des questions sur le statut matrimonial est vraiment hétéronormatif

Le fait de demander constamment à une personne quand elle se mariera repose le plus souvent sur l’hypothèse qu’elle recherche une relation hétérosexuelle. Ne vous méprenez pas – les hétérosexuels ne sont pas les seuls à ressentir la pression de se marier.

Cependant, cette pression vise souvent à pousser même les personnes LGBTQIA + à se retrouver dans une relation hétérosexuelle et à se marier. Il est également important de se rappeler que jusqu’à il y a peu, de nombreux couples ne pouvaient pas se marier légalement et ne savaient comment ils étaient censés se sentir face à ce flot de questions, puisqu’ils n’étaient pas légalement en mesure de prendre ce genre d’engagement?

Souvenons-nous que l’amour n’existe pas seulement dans la notion hétéronormative préconçue de notre société de ce à quoi devrait ressembler le mariage. L’amour existe au-delà du mariage, au-delà des relations hétérosexuelles et même au-delà des relations à deux. Ces relations sont tout aussi valables et significatives que celles entre couples mariés, et nous devons le reconnaître.

3. Et cela renvoie aux normes de genre sexistes

L’idée selon laquelle les femmes ont besoin d’un partenaire pour être complètes renvoie à une époque où elles étaient littéralement traitées comme des biens transférés lors du mariage de leur père à leur mari et n’avaient aucun droit propre.

Ainsi, lorsque nous mettons la pression sur les femmes à propos de leur statut matrimonial et de leurs désirs, nous perpétuons les racines de ces questions et les systèmes patriarcaux dans lesquels elles sont ancrées. Ces questions reposent également souvent sur des stéréotypes sexistes sur ce que devraient être les hommes et les femmes.

C’est pourquoi les questions sur le moment où vous vous marierez sont souvent suivies d’avertissements supplémentaires sur la façon dont vous avez besoin de quelqu’un pour faire le travail à la maison ou sur votre «besoin» d’avoir des enfants.

4. Ça déprécie les réalisations et fait taire les objectifs et les rêves

C’est intéressant de voir comment le harcèlement incessant au sujet du mariage fait place à l’effacement des réalisations et des objectifs des femmes. Encore une fois, cela nous ramène à une époque où les normes sociétales dictaient que les objectifs des femmes ne devaient pas aller au-delà de la recherche d’un mari et de la procréation. En supposant que le mariage est l’objectif ultime de toutes les femmes, nous revenons à cette même façon de penser.

Souvent, nous nous attendons non seulement à ce que le mariage soit le but ultime de la plupart des femmes, mais en tant que société, nous stigmatisons celle qui ne souscrivent pas à cette façon de penser.

Les femmes qui mettent leur carrière avant le fait de trouver un partenaire ou d’avoir une famille seraient égoïstes ou égocentriques. Mais, il n’y a rien de problématique à faire passer ses propres intérêts et ses priorités en premier.

5. Cela suppose que nous ne savons pas ce qui est le mieux pour nous-mêmes

L’horloge biologique, les impôts, l’aspect financier, autant d’arguments qui me sont souvent avancés pour justifier la pression liée au mariage. Toutes ces suggestions impliquent que je ne saurais pas ce qui est bien pour ma propre vie. Je suis ravie que nous soyons assez proches pour que vous ayez l’impression de savoir ce dont j’ai besoin dans ma vie, mais très franchement, abstenez-vous. La seule personne habilitée à avoir une opinion sur ma propre vie, c’est moi. Et la décision de me marier ou non (et quand) me revient exclusivement.

Au lieu de donner aux personnes dont nous sommes censés nous préoccuper le pouvoir de prendre en main leur propre vie et leurs propres décisions, nous les privons de ces choix en essayant de les pousser à faire ce que nous pensons être le mieux pour elles.

Il n’y a rien de mal à se marier et à vouloir que les personnes qui vous sont chères éprouvent le même bonheur que vous associez probablement à cela. Mais il y a quelque chose de problématique à leur dire que vous en savez mieux qu’eux sur leur propre vie.

6. Le mariage n’est tout simplement pas pour tout le monde

Dernier point, mais pas le moindre, le mariage n’est tout simplement pas pour tout le monde.

Demander quand quelqu’un va se marier implique que tout le monde devrait en avoir envie alors que le fait est que beaucoup ne le veulent pas. Le mariage est un engagement sérieux. Ça implique des responsabilités, des attentes et des conséquences qui ne sont pas à prendre à la légère.

Bien que la société romance le mariage en faisant croire aux jeunes femmes que c’est quelque chose à quoi aspirer, il existe des dizaines de raisons parfaitement légitimes pour lesquelles les gens n’adhèrent pas à cette institution.

Beaucoup de personne pensent tout simplement que le mariage ne leur convient pas. Il n’y a rien de mal à ce que les gens évaluent leur propre vie et portent ce jugement. Personne ne devrait avoir honte d’avoir pris cette décision.

ECRIRE UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here