«Nous avons rompu parce qu’elle a embrassé quelqu’un d’autre». C’est ce que mon ex vous dirait si vous lui demandiez comment nous sommes passés du hashtag #RelationshipGoals à nous nous ne remettrons plus jamais ensemble. En réalité, c’est la goutte d’eau qui m’a fait sortir de l’appartement de Marvin. En réalité, tromper mon petit ami en embrassant un autre n’était que la face visible de l’Iceberg que, contrairement au Titanic, j’ai vu dès la seconde où je suis montée à bord de notre relation.

Et avant que vous n’adoriez détester lire le reste de tout ça, parce que peut-être que quelqu’un vous a aussi brisé·e le cœur en vous trompant (je comprends parfaitement! Cela m’est arrivé tellement de fois que je ne peux plus compter), je veux que vous sachiez que je ne suis pas une fille infidèle. Ce n’est pas ce que je suis.

Je n’arrive même pas dire ces mots: infidèle. Trompé·e. Je suis infidèle.

Avant que cela ne se produise, je pensais que les personnes infidèles étaient toujours des gens froids, sans cœur, terribles, mais maintenant je comprends pourquoi les gens trompent. L’infidélité, ce n’est pas noir ou blanc. Mais tout se résume à une chose: il faut être deux pour tromper et, tromper ne va pas toujours que dans un seul sens.

Bien que je pense de tout cœur que si vous allez ou êtes tenté·e de tromper, vous devriez arrêter votre relation, parfois ce n’est pas toujours aussi simple. J’ai essayé de sortir de cette relation à plusieurs reprises mais je me suis sentie prise au piège.

J’écris ceci non pas pour excuser mon mauvais comportement, car ce qui est fait est fait. J’assume tous mes actes et tout ce que je peux faire, c’est apprendre à grandir vis-à-vis de tout cela. Je ne crois plus au dicton « Cocu(e)une seule fois, cocu(e) toujours », car je ne pourrais plus jamais faire subir cela à quelqu’un que j’ai aimé, ni à moi-même.

Il y a eu plusieurs fois dans ma relation avec Marvin où je me suis sentie émotionnellement trompée par lui. Parfois, en y repensant, je me rends compte que c’était peut-être l’occasion idéale pour mettre fin aux choses.

Comme la fois où il m’a dit qu’avant que nous ne commencions à sortir ensemble, il avait eu un coup d’un soir avec une fille avec qui il travaillait. Il a rompu mais elle ne l’avait pas bien pris. Tous les soirs où il restait tard au bureau, j’étais morte de trouille. Je n’arrivais pas à dormir la plupart du temps, inquiète qu’il me trompe, et jusqu’à ce jour je ne le saurai jamais.

Ou comme ce jour où, une heure après avoir quitté son appartement, alors que j’étais à un événement avec des amis, il a essayé de rompre avec moi dans un SMS d’un paragraphe se terminant par un emoji d’aigle. Nous sortions ensemble depuis neuf mois à ce stade et avions atteint tous les jalons de notre relation. « Tu mérites mieux », disait le texto, et il avait raison, je méritais mieux. Mais j’étais trop concentrée à interpréter l’emoji de l’aigle: essayait-il de me dire qu’il aimait l’Amérique? Qu’il voulait la liberté? Ou était-ce un pygargue à tête blanche et il voulait que je sache qu’il perdait ses cheveux? Au lieu de cela, je l’ai rassuré sur le fait que nous étions solides et j’ai fait tout ce que je pouvais pour le rendre heureux, sans jamais réaliser que tu ne peux pas réparer une personne brisée.

Puis, deux mois se sont écoulés avant que je ne devienne infidèle. Lorsque j’ai commencé à me sentir encore plus seule dans la relation que je ne l’étais lorsque j’étais célibataire. Nous pouvions passer des jours sans se parler ni s’envoyer des SMS. Et quand il nous arrivait d’échanger, nous avions des conversions d’à peine quelques mots.

C’est à cette époque que j’ai commencé à courir après Richard, un mec avec qui j’étais allée au lycée, que j’ai toujours trouvé mignon, mais qui sortait toujours avec mes amies. Il a commencé à me parler par SMS plus que mon mec attitré ne le faisait. Je souriais spontanément chaque fois que son numéro, non enregistré, apparaissait sur mon téléphone. Il me demandait comment s’était passée ma journée et sur quoi je travaillais; des question que mon petit ami avait cessées de me poser il y a des mois.

Alors, quand Richard m’a demandée si je voulais prendre un verre un soir, j’ai répondu bien sûr, voyant cela sans danger puisque nous n’étions que des amis.

Mais trois cocktails à la vodka plus tard, Richard m’a embrassée et je l’ai embrassé en retour, parce qu’il m’a demandé comment s’était passée ma journée

Je savais que je devais rompre avec Marvin immédiatement. Mais nous avions le mariage de son meilleur ami le lendemain, et je ne voulais pas lui gâcher ça. J’ai donc décidé que je ferais preuve de franchise et mettrais un terme une fois que nous serions revenus quelques jours plus tard.

Mais la culpabilité me rongeait. Je ne pouvais pas croire ce que j’avais fait. «J’ai embrassé Richard», ai-je envoyé comme texto à ma meilleure amie du lycée. Elle connaissait Richard et savait combien j’étais malheureuse avec Marvin. «Tu as embrassé quelqu’un d’autre. Tu dois le dire à Marvin », me répondit-elle le lendemain matin. 

Mais la chose la plus étrange s’est produite. Soudain, Marvin est passé du petit ami grincheux à qui je n’ai jamais parlé, au meilleur ami enthousiaste dont je suis tombée amoureux. Nous étions à nouveau nous, faisant des plans et nous soutenant dans tout effort. 

Qu’est-ce que j’ai fait? 

De retour, pour la première fois depuis que Marvin et moi avions emménagé ensemble, il est rentré à temps pour le dîner. Nous mangions des boulettes de viande et regardions Sabrina, quand il a dit ce que je voulais lui dire à la seconde où c’était arrivé:

« Je sais que tu as embrassé d’autre. » 

Il s’avère qu’il avait vu le texto de mon amie sur mon téléphone. Ce qui m’amène à l’essentiel de ce récit: assurez-vous toujours que vos aperçus de SMS soint désactivés. 

Je rigole.

Le véritable point ici c’est que si tromper n’est pas correct, il y a tout de même deux aspects dans l’infidélité. L’aspect où la personne infidèle gâche en un instant la relation, et l’autre aspect où la personne infidèle s’est sentie trompée et piégée à partir du moment où elle entrée dans cette relation brisée mais n’a jamais osé parler par peur.

Ça me parait injuste que mes deux années passées dans cette relation, tous ces gestes d’amour et de soutien que j’ai faits pour Marvin comme déménager et être avec lui; les cadeaux attentionnés, les costumes de couples faits maisons, les petits déjeuners au lit, les paniers-repas pour le boulot et les dîner gastronomiques – me consacrer pleinement à quelqu’un qui me met rarement au premier plan – ne veulent rien dire parce que j’ai embrassé un étranger en retour et que lui (à ma connaissance) ne l’a pas fait.

Mais la plus grande leçon pour moi ici, (à part si vous êtes déjà tenté·e de tromper, alors il est temps de rompre) c’est que vous ne devriez jamais rester dans une relation brisée parce que vous êtes effrayé·e comme moi je l’étais. Tout ce temps, c’était clair comme du cristal: Marvin et moi, c’était fini – mais j’ai voulu que ça marche parce que j’avais peur. J’avais peur d’être seule dans la trentaine. Et c’était l’une des raisons pour lesquelles notre relation était si brisée. Je n’étais pas prête pour une relation à partir du moment où j’ai demandé à Marvin «Qu’est-ce qu’on est? »

Je me rends maintenant compte combien il est arriéré de rester dans une relation dans le seul but de ne pas être seul·e

Ce n’est pas une relation saine. Ce n’est que lorsque vous avez vraiment trouvé du réconfort en vous et baigné dans votre solitude, comme moi depuis dix mois, que vous êtes vraiment prêt·e à être en couple. Une relation dont vous n’avez pas nécessairement besoin, ne mesure pas votre valeur et vous pourriez vivre sans. Contrairement à une relation dans laquelle vous ajoutez mutuellement de la valeur et du bonheur à la vie de l’autre, il serait donc encore plus arriéré de nier cette connexion uniquement en raison de la peur de vous blesser à nouveau. Parce que le plus important, dans cette relation, c’est que vous vous sentiez serein·ne.

La plupart de mon temps avec Marvin, j’étais angoissée, les battements de cœur, l’essoufflement, terrifiée à l’idée que cela finirait. Et quand ça s’est terminé (d’une manière que j’aurais aimée pouvoir réécrire mais j’accepte que je ne peux pas) pour la première fois en deux ans, je me suis sentie calme. Si votre relation a pris fin parce que vous avez trompé, ne vous auto-flagellez; il y avait probablement une raison. Bien que vous ne puissiez pas modifier votre passé, vous pouvez apprendre des leçons pour votre avenir et grandir à partir de vos défauts. 

Texte de Gabi Conti, traduit et adapté de l’anglais.

1 COMMENTAIRE

ECRIRE UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here