Connect with us
© Cflgroupmedia pour Bledardise

Opinions

Que signifie être « Unapologetic » noir en France?

« Unapologetic », ce mot ne trouve aucun équivalent dans la langue de Molière. Mais, il traduit la résilience, la force de caractère, le refus de concéder quant aux valeurs et aux causes qui nous animent. Etre « unapologetically black », c’est donc être noir sans concession. Être « unapologetically » noir, c’est ne pas s’excuser de parler des noirs ; c’est assumer d’être en permanence concerné par le sort des noirs, aspirer à leur réussite et célébrer ceux-ci avant les autres par équité et non par suprématie.

© Cflgroupmedia pour Bledardise

Mais devenir « unapologetic » c’est avant tout une quête vers soi nécessaire qui peut s’avérer éreintante, surtout dans un contexte français où le modèle républicain ne reconnaît pas les spécificités. Je suis devenu un noir sans concession le jour où j’ai cessé d’être l’ami noir de mes amis blancs et comme Edith Piaf, je ne regrette rien. Je pense tout de même à ces noirs qui doivent lutter au boulot ou à la fac pour ne pas compromettre leur avenir ou leur carrière en se muselant et en gardant la face même lorsqu’ils sont confrontés à des situations qui les révulsent.

Etre noir sans concession dans un contexte français passe d’abord par la réappropriation du mot « noir ». La France est le seul pays où le mot « noir » est un mot tabou et où toutes les générations s’accordent à utiliser le mot « black » comme euphémisme. Le « black », c’est cet individu cool, de bonne humeur et chaleureux qui reste à peu près convenable. Tandis que le « noir », c’est celui qui embarrasse. C’est celui dont on a chargé les ancêtres dans les négriers comme des sardines, celui dont les petits frères posent avec des mouches sur les affiches de l’UNICEF et celui dont les cousins crèvent chaque semaine en mer en essayant de rejoindre l’Europe pour une vie meilleure.

© Cflgroupmedia pour Bledardise

Etre noir sans concession dans un contexte français, c’est reconnaître qu’il existe un particularisme « noir » dans le racisme et donc une cause noire distincte des autres, avec des spécificités directement héritées des théories raciales où le « nègre » figurait tout en bas de l’échelle. On dit « Youpin », « Bougnoule » mais quand vient l’heure du noir, on le déshumanise systématiquement : « MA-CA-QUE ». A cela, «l’unapologetic » noir répond « oui, je suis un singe. Et Bienvenue dans La Planète des Singes ».

Etre noir sans concession, c’est faire fi de l’opinion des personnes qui ne sont pas concernées par nos revendications. C’est envoyer valser la politique de respectabilité qui donne au groupe majoritaire le pouvoir de décréter qui est légitime pour être français et qui doit prouver ou justifier sa citoyenneté, sa loyauté et son amour pour la France. C’est envoyer paitre cette même politique de respectabilité qui au sein d’une même communauté nie les individualités et édicte qui est respectable et qui ne l’est pas ou qui jetterait l’opprobre sur sa communauté.

Enfin, être « unapologetically » noir, c’est avoir le droit de s’entourer de personnes qui nous ressemblent, qui sont en phase avec notre identité sans ressentir le besoin de se justifier ou de se dépêtre de l’étiquette de communautariste.

© Cflgroupmedia pour Bledardise

Retrouve WYAT sur Facebook

Comments

comments

Wilfried E.K

Fondateur de WYAT Magazine et rédac' chef improvisé! Et sinon, je suis consultant en Marketing affinitaire et en communication digitale. Je suis spécialisé dans les cultures afros.

Cliquer pour commenter

Plus d'articles dans Opinions

PUB

FACEBOOK

POPULAIRES

SOCIÉTÉ

To Top
Close