Connect with us

Société

Présidents noirs, premières dames blanches

Les hommes noirs préfèrent-ils vraiment les femmes blanches? Si cette question se pose c’est parce que d’éminentes personnalités noires, auxquelles on s’identifie ou qui nous représentent, ont des femmes blanches. Prenons par exemple le cas de certains présidents. Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire, Ali Bongo Ondimba au Gabon ou il y a encore quelques années Abdoulaye Wade au Sénégal ont tous une femme blanche. D’ailleurs, ce pays a connu une Première Dame sénégalaise d’origine seulement qu’en 2012 avec l’arrivée de Marième Faye Sall, femme du président Macky Sall.

Pourquoi? Pourquoi une telle attirance des leaders noirs pour des femmes non-africaines (noires) alors que le contraire chez les caucasiens n’est pas vrai? (Quoique le Prince Albert de Monaco dans l’avion… Bref). Ou plutôt je reformule ma question, pourquoi n’a-t-on jamais encore eu de première dame noire en Europe? Il existe des raisons tant rationnelles qu’émotionnelles à ce phénomène qu’il convient d’expliquer.

Abdoulaye et Viviane WADE / Getty Images

Mais avant tout propos, je tiens à préciser ceci: aucune femme n’est plus belle que l’autre de par sa couleur, ses cheveux ou son bonnet (pas celui qu’on met sur la tête). La beauté de la femme réside dans ses propres yeux et dans ceux de celui qui la regarde. Chacune est unique et à son identité exclusive. Aussi, mes dires ne sont pas applicables à tous les cas et pleins de généralités parce que mon propos est lui-même général. Maintenant que j’ai contenté les féministes, antiracistes et autres manifestants du net on peut poursuivre!

Je parlais tantôt de raisons rationnelles et émotionnelles pour expliquer la préférence apparente des personnalités noires pour des femmes blanches. Il faut se replonger dans le contexte historique pour comprendre pourquoi de nombreux hommes politiques et présidents africains ont des femmes de type européen. La classe politique africaine actuelle est en majorité composée d’élites intellectuelles (ça ne se voit pas toujours) ayant effectué leurs études en occident. Au cours de leurs études, certains ont contracté des unions avec des étudiantes ou d’autres femmes de leur pays d’accueil. Dans la France ou le Royaume-Uni des années 1960-70 ces étudiants africains n’était pas encore présidents ou ministres. Ils étaient simplement de jeunes hommes intéressés par la beauté, l’intelligence et/ou l’exotisme de leurs conquêtes. Certaines de ces unions ayant prospéré, on peut donc comprendre que certains parmi nos leaders politiques aient des compagnes blanches. L’inverse aurait pu être vrai si le système éducatif dans la majorité des pays d’Afrique était plus attractif que répulsif. Il faut noter que c’est l’une de ces unions qui a donné aux Etats-Unis leur premier président « noir », Barack Obama.  Ça c’est l’explication rationnelle.

D’un autre côté, les opinions publiques africaines ont aussi une responsabilité dans ce phénomène. De par leur ouverture d’esprit et leur héritage colonial, la majorité des africains est encline à accepter des dirigeants mariés à des femmes étrangères tandis que dans certains endroits du globe c’est inimaginable ! Il serait inacceptable pour le peuple saoudien que son roi soit marié une femme européenne. Dans la même veine, la constitution égyptienne interdit à tout candidat à l’élection présidentielle d’avoir une femme d’une nationalité étrangère. Ce qui est honni ailleurs est donc parfaitement admis chez nous. Sans juger du bien-fondé ou non de l’opinion des populations africaines sur cette question, force est de constater que si elle n’encourage pas, elle tout au moins permet aux leaders politiques d’être mariés à des femmes de type caucasien. Mais ce n’est pas tout. N’y a-t-il pas aussi une certaine fierté pour ces derniers à avoir la femme « white » tant désirée parce qu’interdite ? Il faut se rappeler que la plupart de nos dirigeants africains sont nés pendant la période coloniale ou peu après l’indépendance, et qu’à leur époque il était inimaginable pour un homme noir d’envisager un mariage mixte. Dans ce contexte, ce tropisme caucasien apparaît pour notre président à la fois comme une marque de différenciation vis-à-vis de ses compatriotes et d’égalisation auprès des ex-colons. En effet, sa femme babtou est une preuve de son statut social et de sa capacité à braver les interdits qui pesaient sur les gens de sa condition. Il devient ainsi à ses yeux et à ceux de sa cour, une sorte de héros qui libère les noirs des injustices coloniales en soumettant (dans le cadre du mariage) une occidentale. De l’autre côté, le statut de beau-frère des anciens colons qu’il a gagné lui donne le droit de s’asseoir à leur table. Il devient ainsi l’égal des maîtres et est de ce fait légitime à la tête de son pays en tant que remplaçant de ces derniers.

Si la couleur de la femme du président n‘altère en rien les capacités de ce dernier à gérer les affaires du pays, elle reste assurément une question de fond dans les sociétés africaines qui mérite d’être débattue au-delà de l’analyse que je viens de proposer. C’est pourquoi, au lieu d’une conclusion péremptoire, je préfère ouvrir une discussion à partir des éléments que je donne. Donc à votre avis, pourquoi certains présidents africains ont des femmes blanches ?

À vos claviers !

Ps : comme les blancs n’aiment pas utiliser le mot noir, moi aussi je ne vais pas utiliser le mot blanc. Comme ça on est 1 partout comme on dit chez moi en Côte d’Ivoire.

Retrouve WYAT sur Facebook

Comments

comments

Blédard diplômé avec des papiers, O. Kwame a vécu à Paris, Montréal, Londres, Luxembourg et Abidjan. Afropéen assumé, mes sujets de prédilection sont la politique, l'économie et en général le rôle de l'Homme noir dans son environnement.

Cliquer pour commenter

Plus d'articles dans Société

PUB

FACEBOOK

POPULAIRES

SOCIÉTÉ

To Top
Close