Connect with us

Opinions

Merci Nicolas

Très inspiré comme à son habitude, Nicolas Dupont-Aignan, président du parti Debout la France, mardi 21 mai sur le plateau de la chaîne LCI, nous a entretenus sur sa nouvelle solution pour juguler l’immigration. Fini les propositions classiques d’un renforcement des contrôles aux frontières ou d’une réduction du nombre de visas longue durée accordés. Il faut prendre le problème à la racine. Réduire le nombre d’africains ! De façon simpliste, s’il y a moins d’africains, il y aura moins d’immigrés et en conséquence moins d’immigration à gérer pour la France.

Dans cette sortie dont on aurait pu faire l’économie, le candidat tête de liste aux européennes dit vouloir aider « ses amis africains » par le contrôle des naissances en prenant pour modèle la Chine. Bien que les questions démographiques africaines n’aient pas leur place dans un débat pour les élections européennes, prenons le temps de réfléchir à sa proposition.

Tout d’abord, la politique de l’enfant unique en Chine est une décision nationale qui correspondait à un contexte local précis. En conséquence, la présenter comme une solution qui favoriserait le décollage économique de l’Afrique est un non-sens. Dans son état actuel, l’Afrique est un continent qu’on pourrait qualifier de « sous-peuplé » au regard des densités observées ailleurs. On dénombre par exemple 122 554 habitants/km² en France lorsqu’ils ne sont que 49 952 habitants/km² en Afrique subsaharienne (source : Banque Mondiale). C’est donc faux de penser que le retard économique sur le continent est dû à une surpopulation. Au contraire, nombreux sont ceux qui voient dans cette forte croissance démographique l’opportunité de bénéficier d’une population de jeunes actifs capable d’accélérer le développement du continent.

Après ces précisions, mon cher Nicolas (on peut se tutoyer puisque nous sommes amis), permets-moi de te présenter quelques réflexions amicales.

Le contrôle des naissances est une question de souveraineté car elle touche à l’essence de ce qu’est une nation et la pérennité de celle-ci. Je trouve donc fort déplacé qu’un ami souhaite dicter à un autre le nombre d’enfants qu’il a le droit de faire à sa femme. Autre chose, ne dit-on pas que les bons comptes font les bons amis ? Si oui, mon cher Nicolas, je te prie d’user de ton influence pour demander aux entreprises multinationales (françaises) de payer leur juste part d’impôts en Afrique. Sais-tu que les 30 à 60 milliards de dollars annuels (source : UNECA) qui échappent aux administrations fiscales africaines permettraient aux contribuables français d’épargner leur contribution à l’aide au développement ? Une solution gagnant-gagnant qui dégagerait de quoi satisfaire un peu les gilets jaunes. Enfin cher ami, afin de renforcer cette relation à laquelle je sais que tu tiens, pourrais-tu demander aux chancelleries françaises en Afrique d’instruire avec bienveillance les demandes de visas. Ça me permettrait de te rendre visite autrement que par rafiot depuis la Libye, et ainsi éviter d’alimenter le drame humanitaire que nous déplorons tous.

Retrouve WYAT sur Facebook

Comments

comments

Blédard diplômé avec des papiers, O. Kwame a vécu à Paris, Montréal, Londres, Luxembourg et Abidjan. Afropéen assumé, mes sujets de prédilection sont la politique, l'économie et en général le rôle de l'Homme noir dans son environnement.

Cliquer pour commenter

Plus d'articles dans Opinions

To Top
Close