Connect with us
Crédit: Hennie Kriel
Crédit - Hennie Kriel / https://twitter.com/LittleManKriel

RIGOLOL

Condamnée pour injures raciales, elle se pointe avec des tresses plaquées pour faire appel

Le 28 mars 2018, Vicki Momberg, une sud-africaine blanche, avait été condamnée à trois ans de prison – dont deux fermes – pour injures à caractère raciale à l’encontre d’un policier noir sud-africain. Une grande première en Afrique du Sud, les condamnations à des peines d’emprisonnement étant jusque-là associées à d’autres accusations.

Cette ancienne agent-immobilier avait été filmée en train de s’en prendre verbalement à l’agent de police noir qui s’était pourtant arrêté pour l’assister alors qu’elle venait d’être victime d’une infraction dans sa voiture. Elle s’était alors lancée dans une longue et virulente diatribe au cours de laquelle elle a répété près d’une cinquantaine de fois (rien que ça) le mot « kaffir »,  un mot hautement injurieux qui était couramment utilisé pour insulter et rabaisser les noirs pendant l’apartheid (l’équivalent du N-word aux Etats-Unis).

Mais ce n’est pas tout, Vicki-Au-Pays-Des-K*ffirs dans sa bile négrophobe qualifiait notamment les noirs d« Opiniâtres », d’« arrogants » et « tout simplement (d’)inutiles » avant de proférer de graves menaces: « Si je vois un k*****, je lui roulerais dessus. J’ai une arme à feu, je vais tirer sur tout le monde. »

Son avocat a tenté de mettre ses insultes sur le compte de l’émotion, notamment à cause du fait qu’elle venait de se faire voler mais, le juge n’a vu chez cette dernière aucun remord. Ceci d’autant plus que l’accusée n’en est pas à sa première. En 2006, elle était déjà épinglée pour le même genre d’accusation après avoir réclamée d’être aidée par « une personne blanche, de couleur (autre que le noir?/ Edit: « colored » veut dire « métis.se » ou « noir.e à la peau claire » en Afrique du Sud) ou indienne ». Mais l’affaire avait été classée. Aussi, quand Vicki-Contre-Les-K*ffirs a été condamnée à une peine d’emprisonnement, bien que le contexte social en Afrique du Sud soit particulièrement en proie aux tensions raciales, les réactions ont été unanimes:

Mais c’était sans compte sur un retour à la charge de sacrée Momberg. Mercredi, Vicki-Le-Retour s’est en effet présentée à la cour des magistrats de Randburg pour faire appel de sa condamnation, et un détail a fait mouche: sa coupe de cheveux.

Contrairement à sa première audience où elle avait attaché ses cheveux, notre amie bien aimée Vicki arborait cette fois-ci… Des tresses plaquées! Oui, comme celles des femmes k*ffirs.

Il n’en fallait pas plus pour enflammer les réseaux sociaux. Le Black Twitter qui préfère en rire réclame – et à juste titre frère – qu’on lui colle deux ans supplémentaires pour appropriation culturelle. « Je ne suis pas raciste, j’ai des tresses plaquées » is the new »Je ne suis pas raciste, j’ai un.e ami.e noir.e ». Une seule question subsiste: qui, diable a même accepté de faire à Vicki-Au-Wakanda ces tresses-là? Tchip.

Retrouve WYAT sur Facebook

Comments

comments

wyat-staff

WYAT Magazine est le nouveau média de la Youth Culture Afro. Pop culture, Lifestyle, société et tendances décryptées.

Cliquer pour commenter

Plus d'articles dans RIGOLOL

PUB

FACEBOOK

POPULAIRES

SOCIÉTÉ

To Top
Close