Connect with us

Opinions

Française d’origine malienne, pourquoi j’ai refusé de donner un prénom Occidental à mon fils ?

Notre contributrice, Siga DIAGOURAGA, partage une réflexion personnelle sur le choix du prénom de son fils.

Aussi longtemps que je m’en souvienne, mes parents ont fait en sorte que nous soyons et que nous nous sentions Soninké au quotidien. Ils nous parlaient dans cette langue, à la maison je délaissais jeans et pull au profit du pagne en wax, on mangeait en famille, à la main et dans un plat. Le maffé, le tieb, le yassa, faisaient partie intégrante de mon régime alimentaire, les pizzas et le bourguignon l’exception. La culture Occidentale, je l’ai acquise à l’extérieur du foyer, à l’école, mon cercle amical, ma curiosité et… par la force des choses car c’est dans ce pays que je suis née et vis.

Aujourd’hui, mère de famille, je mentirais si je disais que j’éduque mon fils de façon à ce qu’il se sente pleinement Soninké. Le pagne a été troqué par un short, les pâtes à la sauce tomate ont remplacé le saka saka, les assiettes individuelles le plat commun. Quant à la langue… n’en parlons pas, juste quelques phrases par-ci par-là, s’il finit par le comprendre ça ne sera pas grâce à moi.
Dès le début de ma grossesse, je savais que cet enfant grandirait un peu moins dans la culture soninké que moi. Qu’en sera-t-il de mes petits-enfants, de mes arrière-petits-enfants et ainsi de suite ?
Que vais-je leur transmettre de ma culture d’origine, de l’Afrique, et si… et si par le métissage, la couleur de peau noire disparaît de la famille, que restera-t-il pour rappeler nos origines malienne, africaine, soninké… Le prénom !

Ce prénom, lui rappellera au quotidien que son histoire ne commence pas ici mais là-bas. Ce prénom, c’est son histoire, celle d’une partie de sa famille. Dès l’instant où il se présentera, il racontera à lui-même et à son auditoire une partie de ses origines. A moi de faire en sorte qu’il soit en mesure de rétorquer à ceux qui diront que son prénom est une honte à la France, que ce prénom c’est la fierté des siens, que c’est aussi la France. Si certains refusent d’assumer à quel point la France a décidé d’elle-même de lier son histoire à l’Afrique, c’est leur problème pas le sien.

Tu souhaites faire part d’un contenu ? N’hésite pas à nous le faire savoir à l’adresse contact@wyat-mag.com. Nous prendrons le temps d’étudier s’il entre dans notre ligne éditoriale.

Retrouve WYAT sur Facebook

Comments

comments

Cliquer pour commenter

Plus d'articles dans Opinions

To Top
Close