Connect with us

Société

A la découverte de l’artiste Kawira Mwirichia et de ses Khangas engagées

Utiliser le Khanga a des fins engagées. C’est la mission que s’est donnée l’artiste Kényane Kawira Mwirichia, choisie par The Next Collective comme l’un des talents émergents qui façonnent les mondes créatifs d’aujourd’hui et de demain, dans le cadre d’une collaboration entre la plateforme Wetransfert et le réseau créatif The Dots. A travers son projet To Revolutionary Type Love, Kawira souhaite créer un dialogue entre les deux scènes créatives de Nairobi, à savoir, l’art Massai qui puise dans l’artisanat traditionnel et les coutumes tribales d’une part, et la scène artistique contemporaine, celle des « gens qui expérimentent d’autres manières d’expression », d’autre part.

Le Khanga comme moyen d’expression

Le Khanga est une étoffe en coton très populaire en Afrique de l’Est. Véritable symbole de la culture Swahili, le Khanga combine motifs très colorés et dictons en Swahili, ce qui en fait un moyen pour les groupes traditionnellement réduits au silence de s’exprimer comme nous l’explique l’auteure Ndinda Kioko dans son essai The Khanga is Present. « Ce que le Khanga dit est important » écrit-elle. Il est devenu un lieu de «l’imagination: un lieu de rage, un lieu de contestation des normes sociales».

Australie – Kawira Mwirichia

C’est justement ce pouvoir sous-estimé du Khanga qui a attiré Kawira.  « Il y a des façons de cacher des images dans des motifs abstraits« , dit-elle. « C’était un moyen très intéressant. » Le Khanga joue également un rôle dans les cérémonies traditionnelles du mariage au Kenya – ils sont placées devant la porte de la mariée quand vient le moment de partir pour la cérémonie. « Je me suis suis rendue compte que c’est quelque chose qui n’arrivera peut-être pas à beaucoup de personnes LGBT dans la société kényane, ce geste de bienvenue. Cela m’a vraiment émue, alors je voulais utiliser le moyen du Khanga pour célébrer notre amour ».

Bosnie – Kawira Mwirichia

Pour son projet ambitieux, Kawira crée un nouveau khanga pour tous les pays du monde, soit 196. Chaque dessin combine le drapeau de ce pays avec une représentation d’un moment charnière dans la lutte de ce pays pour les droits des LGBT. Certains sont plus francs que d’autres, mettant en vedette des activistes comme le militant sud-africain Simon Nkoli. Pour l’Australie, ce sont des ballons, qui ont occupé une place prépondérante lors des premières célébrations de la (Gay) Pride à Sydney. Trouver des faits relevant de tournants décisifs dans la cause LGBT n’a pas toujours été simple en fonction des pays. « Les Etats-Unis ont une riche histoire LGBT, l’Afrique du Sud aussi. Mais certains pays sont si oppressifs que trouver la moindre chose à ce sujet était très difficile.  Je recherchais des moments qui ont vraiment changé les choses pour (chaque) nation et les personnes derrière cela. »

Etats-Unis – Kawira Mwirichia

Pour les citations, elle a demandé à la communauté LGBT du Kenya de suggérer des messages inspirants. Les réponses étaient si nombreuses que Kawira a dû limiter à 10 suggestions par personne. Il est clair que le projet a trouvé un écho auprès de ses pairs, et son espoir est de trouver des moyens de rendre le projet aussi accessible que possible, d’imprimer les khangas sur des t-shirts ou de les transformer en magnets pour réfrigérateur. Bien que les objectifs à plus long terme de Kawira Mwirichia soient très variés, elle espère au départ toucher les personnes à un niveau individuel, en particulier la communauté LGBT. https://www.youtube.com/watch?v=ZvjuWcLIPsI

Bolivie – Kawira Mwirichia

Bhoutan – Kawira Mwirichia

Benin – Kawira Mwirichia

Biélorussie – Kawira Mwirichia

Bangladesh – Kawira Mwirichia

Bahamas – Kawira Mwirichia

Angola – Kawira Mwirichia

Arménie – Kawira Mwirichia

Autriche – Kawira Mwirichia

Azerbaïdjan – Kawira Mwirichia

Retrouve WYAT sur Facebook

Comments

comments

Wilfried E.K

Fondateur de WYAT Magazine et rédac' chef improvisé! Et sinon, je suis consultant en Marketing affinitaire et en communication digitale. Je suis spécialisé dans les cultures afros.

Cliquer pour commenter

Plus d'articles dans Société

PUB

FACEBOOK

POPULAIRES

SOCIÉTÉ

To Top
Close