Connect with us

Société

5 choses que mon boss et mes collègues ont besoin de savoir sur les personnes noires au boulot

Depuis que je suis entrée dans le monde professionnel, j’ai presque toujours travaillé dans des environnements qui n’étaient pas très « woke » concernant le sort des minorités. Une position qui m’a souvent valu de sacrés moments de solitude. Forte de ces expériences, j’ai fini par établir une liste (à compléter) des pensées qui me sont souvent venues en tête dans cette situation et que j’aurais aimé partager à mon boss et à mes collègues.

1. Non, l’autre fille noire qui travaille ici n’est pas ma meilleure amie. Nous venons à peine de nous rencontrer.

Ce n’est pas parce que nous sommes quelques rares noir·e·s sur notre lieu de travail que nous nous connaissons forcément en dehors du boulot. Je connais un tas de personnes et, désolé de vous l’apprendre, mais l’autre personne noire dans la pièce ne figure pas parmi celles-ci. Ceci dit, je suis sûre qu’elle est très sympathique et je serais ravie d’apprendre à la connaître. Je ne sais pas pourquoi il existe encore ce stéréotype qui veut que tous·tes les noir·e·s se connaissent. C’est très étrange. Sans doute est-ce parce dans certains endroits, les noir·e·s sont tellement minoritaires qu’ils ne peuvent que partager leurs expériences entre eux·elles. Mais peu importe, cela ne signifie toujours pas que chaque personne noire présente connaît toutes les autres. C’est absurde de penser ça.

2. Je changerai sûrement de coupe de cheveux toutes les six semaines ou plus ou moins. Vous feriez mieux de vous y faire !

Ça m’agace chaque fois que je débarque avec une nouvelle coupe de cheveux et que mon boss ou mes collègues tergiversent pendant de longues minutes sur celle-ci. Pas pour me faire des compliments, mais juste pour me faire remarquer que j’ai encore changé de « cheveux » et me demander si ce sont des vrais. Oui, je vais souvent changer de coupe de cheveux. Un jour, je débarquerai avec mes cheveux naturels attachés en un magnifique « afro puff », un autre, vous me verrez avec un long tissage ou des fausses locks. Passez à autre chose ! Si quelqu’un a un problème avec cela, alors j’ai un problème, car la façon dont les femmes noires (et les hommes) coiffent leurs cheveux est littéralement ancrée dans nos cultures. Et en mentionnant que nous ne pouvons pas avoir certains styles ou faire certaines choses, c’est carrément de la discrimination. Vous pouvez aussi simplement garder vos commentaires et passer à autre chose.

3. Non, l’autre fille noire et moi nous ne nous ressemblons pas.

Ah, cette idée selon laquelle les noir·e·s se ressemblent tous·tes ! C’est connu ! Voyez-vous, ce qui me contrarie le plus, c’est surtout que ça signifie que l’on ne perçoit pas vraiment mon individualité, c’est-à-dire moi, en tant que salariée mais plus ma couleur de peau et que l’on m’assimile à quelqu’un d’autre juste parce qu’elle a une couleur similaire, indépendamment d’autres critères qui nous différencient. Il existe des noir·e·s à la peau foncée, à la peau claire, aux cheveux plus ou moins crépus. Il faut vraiment manquer d’observation ou être ignorant pour confondre. Tchip !

4. Je ne suis pas en concurrence avec les autres Noirs qui travaillent également ici.

C’est tellement étrange que la société essaie toujours d’opposer les Noirs les uns aux autres. Et cela a presque toujours à voir avec les normes sociales de l’idéal. Je ne suis même pas sûre de ce que la société considère comme la personne noire « idéale » car les médias fluctuent beaucoup. Aucune personne noire n’est meilleure qu’une autre à cause de son degré de conformité aux normes de la société ou de son degré de non-conformité. Et les employés noirs ne devraient pas être épinglés les uns contre les autres. Les Noirs ne devraient pas être en concurrence les uns avec les autres, ni comparés à d’autres employés embauchés. Arrêtez de donner l’impression qu’il y a toujours une échelle que nous devons gravir pour arriver au bout et avoir le même succès que tout le monde.

5. Laissons certains débats politiques en dehors du bureau, ça nous évitera que tout parte en sucette.

Les lieux de travail sont l’un des pires endroits pour parler de politique. Selon moi, il vaut mieux laisser la politique à la maison. Si jamais vous voulez vraiment discuter avec moi de qui vous avez voté ou qui a fait quoi pour quelle loi, de la dernière polémique raciste ou autre, alors prenez mon numéro et nous pourrons prendre un café et en parler plus tard.

Personnellement, je pense juste que la politique (surtout récemment) et d’autres débats liés peuvent créer un énorme fossé entre les gens. Il est important qu’un lieu de travail fonctionne efficacement et le seul moyen d’y parvenir est que tout le monde soit sur la même longueur d’onde. Et pour que tout le monde soit sur la même page, vous devez être cordiaux les uns envers les autres. Détester quelqu’un parce qu’il a voté pour quelqu’un d’autre ne vous fera aucun bien au travail. Ça va juste rendre la vie de tout le monde misérable.

Retrouve WYAT sur Facebook

Comments

comments

Cliquer pour commenter

Plus d'articles dans Société

To Top
Close